Vignoble Corse

Si pendant longtemps les rosés n’ont pas toujours été au plus haut niveau qualitatif, aujourd’hui les choses ont bien changé et des viticulteurs très impliqués nous livrent des flacons de grand plaisir assuré !

Les vins rosés ont la cote


Avec l'arrivée des beaux jours, les vins rosés font leur retour sur nos tables et dans nos paniers à pique-nique. Nos habitudes de consommation révèlent un nouveau rapport au vin... voir la vie en rosé, c'est mieux !
Un succès qui ne dément pas, les chiffres sont éloquents : En 2016, la France est le 1er pays producteur et consommateur de vin rosé dans le monde. La consommation a même triplé depuis 25 ans. C'est ce que nous confirme une étude du Conseil Interprofessionnel des Vins de Provence (CIVP/Wine Intelligence France 2016). Avec 8.1 millions d'hectolitres, soit 36% de la consommation mondiale, ce sont en moyenne 20 bouteilles de vin rosé par Français par an. L'engouement dépasse même nos frontières ! L'exportation des vins de Provence, a bondi de + 287%, soit 8 millions de bouteilles en 2005 contre 31 millions en 2015 ! Les principales destinations sont les États-Unis avec 36.5% du total à l'export, suivis de la Belgique et du Royaume-Uni.
La France compte bien rester le premier ambassadeur à l'étranger en matière d'exportation de vin rosé. Suivie de l'Italie (23%), de l'Espagne (16%) et des États-Unis (14%), c'est la région de Provence qui s'affirme en tête. Même si tous les terroirs ne sont pas aptes à produire des vins rosés, la qualité est en progression constante : La filière fait face à la concurrence en misant sur une production haut de gamme.

Les rosés hauts de gamme


Ce sont de réels vins d'exception qui ont redonné au rosé ses lettres de noblesse. Ils sont issus la plupart du temps de vieilles vignes et leur élaboration bénéficie d'une attention toute particulière : ils sont vendangés exclusivement à la main, en petites caisses pour prévenir l'oxydation. Ces rosés de grande classe, produits en quantité limitée, ont des prix à la hauteur de leur réputation et justifient un caractère unique.

Progression de la qualité


Certaines cuvées sont même travaillées technologiquement et ontologiquement comme les plus grands nectars bordelais. On joue sur les températures et la qualité des vendanges, sur la maturation des baies et la macération des moûts, on pratique le tri parcellaire ou le tri optique pour séparer le bon grain de l’ivraie. Bref, on fait des efforts pour produire bon et garder la cote ! Pourtant si l’on remarque qu’un grand nombre de vignerons ont la même démarche de qualité, on constate qu’en même temps, de par leur approche très différente de la façon de faire du vin, avec des maturités spécifiques, ils nous livrent des vins de personnalité et d’usage différents. On se plaît ainsi à apprécier, selon nos goûts et la saison de l’année, le rosé haut de gamme, le rosé d’hiver, et le rosé piscine

Progression de la qualité


Certaines cuvées sont même travaillées technologiquement et ontologiquement comme les plus grands nectars bordelais. On joue sur les températures et la qualité des vendanges, sur la maturation des baies et la macération des moûts, on pratique le tri parcellaire ou le tri optique pour séparer le bon grain de l’ivraie. Bref, on fait des efforts pour produire bon et garder la cote ! Pourtant si l’on remarque qu’un grand nombre de vignerons ont la même démarche de qualité, on constate qu’en même temps, de par leur approche très différente de la façon de faire du vin, avec des maturités spécifiques, ils nous livrent des vins de personnalité et d’usage différents. On se plaît ainsi à apprécier, selon nos goûts et la saison de l’année, le rosé haut de gamme, le rosé d’hiver, et le rosé piscine

Les rosés piscine


Il s'agit de vins fruités, légers, qui se boivent très frais et dans lesquels on peut ajouter un glaçon. Ils sont parfaitement adaptés à des situations de consommation moins formelles : apéritifs, pique-niques, terrasses et buffets ensoleillés... Ce sont des vins rafraîchissants et désaltérants, particulièrement appréciés en période estivale. Couleur associée à la féminité, le rose est même détourné par un positionnement marketing qui tend à mettre en avant des embouteillages audacieux, à l'image de ROZY, le rosé Dom Brial en Bikini!
Une bouteille sexy qui revêt chaque année un nouveau bikini pour la nouvelle collection printemps été ! Mais ce n'est pas qu'un joli flacon, sous le maillot de bain se cache des cuvées très fruitées aux notes florales qui séduisent en révélant le caractère vif et l'onctueux du rosé. Plaisir assuré au bord de la piscine

Progression de style


Rose pâle, pétale de rose, chair de melon, rose tendre, gris, corail, saumon, pêche, rose sombre, grenadine, rosé, fuchsia, rouge clair... La couleur des vins rosés, dont l'impressionnante carte d'identité chromatique s'étend du diaphane au rouge léger, est une particularité organoleptique importante qui entre en jeu lorsqu'il s'agit d'apprécier un vin. Celle-ci change d'une appellation à l'autre, en fonction des valeurs d'anthocyanes que le vin contient. Une couleur qui se fonce si l'on oublie la main de l'homme, à mesure que l'on descend vers le Sud en raison d'une maturité plus importante encouragée par le soleil.
Les progrès techniques ont aussi contribué à l'amélioration du vin rosé. La Provence est à l'origine d'un nouveau style de rosé qui est le rosé sec clair et aromatique qui est celui que nous connaissons aujourd'hui grâce à la maîtrise de la température de fermentation. Une technique qui révèle les arômes de fleurs blanches et d'agrumes des cépages. Une évolution qui a également progressé avec nos habitudes alimentaires et notre façon de cuisiner : cuisine du monde, entrées variées, barbecue... une explosion de saveurs qui se marient bien avec le rosé !

Les rosés gastronomiques ou rosé d'hiver


Complexes, ils permettent de nombreux accords mets et vins. Ce sont des vins structurés et élégants, ronds et généreux, enrichis de subtiles nuances qui sauront vous charmer. Ils sont à boire dans leur jeune âge et séduisent par leur fraîcheur et leurs saveurs. Charpentés et épicés, ils s'accordent très bien avec une entrée froide, avec la cuisine japonaise ou chinoise ou tout autre mets exotique

Les vins rosés


Contrairement à certaines légendes, le vin rosé n’est pas issu du mélange de vin blanc et de vin rouge (sauf pour l’élaboration des champagnes, crémants pour certains viticulteurs). Le vin rosé demande beaucoup de savoir-faire pour son élaboration. On compte trois types de rosés :

Le rosé de macération


Ce type de rosé est élaboré à partir d'une vendange de raisins noirs mise en cuve jusqu'à 24 heures avant le début de fermentation afin que les baies libèrent la pulpe, la peau, les pépins et le jus de raisin. Durant cette courte période de cuvaison, les pigments et les arômes contenus dans la pellicule du raisin imprègnent le jus et la teinte au point de donner sa couleur au rosé. On presse alors le moût pour séparer la partie solide (peau, pépin) du jus que l'on met seul à fermenter à basse température (18 à 20°C) pour préserver au maximum les arômes.

Le rosé de pressurage


Cette technique consiste à presser directement les grappes entières ou éraflées, juste après la vendange. Une fois le jus récolté, il est mis en cuve et la fermentation débute. Dans ce cas, le rosé possède une robe plus claire, de couleur saumon, que le rosé de macération.

Le rosé de saignée


Le rosé de saigné est obtenu à partir d'une vendange mise en cuve, comme pour le rosé de macération, mais destinée à produire du vin rouge. Après quelques heures de macération, on libère une partie du jus contenu dans la cuve et qui a déjà pris une teinte rosée, pour le vinifier à part. Le reste de la vendange est quant à lui laissé dans le cuve initiale afin de produire du vin rouge.



La Corse, versant rosé


Avec ses bords de mer somptueux, ses estivants, sa gastronomie affirmée et ses 2 880 heures de soleil par an, la Corse ne pouvait échapper à la vague rose. L’île y consacre plus de 55% de ses vins. Du Cap Corse à Figari, elle offre toute la variété de styles qu’autorise sa mosaïque d’altitudes, de sols, d’expositions, de microclimats ou de cépages, véritable marquetterie viticole.
Le secret de la Corse ? Le mariage du sel et de la pierre, de la mer et de la montagne, des littoraux et de l’altitude. De ces oppositions naît le caractère corse, qui ne se dilue pas dans le rosé, bien au contraire.
En matière de robe, les rosés corses évoquent souvent ceux de Provence : des teintes pâles, d’un rose translucide. Mais la parenté s’arrête là. Le grenache, qui peut intervenir dans les assemblages comme d’autres variétés continentales, cède la place aux cépages locaux avec, en vedette, le niellucciu et le sciaccarellu, les variétés les plus plantées au sein des AOC de l’île. Vinifiés en rosés et issus de macérations courtes (ou de pressurage direct), ils forgent la personnalité des rosés corses : robe claire, arômes fringants, fruités (bonbon, groseille, framboise, agrumes, pêche) et floraux, avec parfois des nuances légères de plantes aromatiques, d’épices ou d’iode.

En bouche, les bons rosés corses offrent ce compromis entre rondeur du fruit et acidité croquante qui fera mouche dès l’apéritif et accompagnera avec bonheur les spécialités locales. La rondeur naturelle du sciaccarellu peut aussi s’exprimer à travers des rosés plus vineux, issus de macérations plus longues : charnues, épicées, légèrement tanniques, ces versions hautes en couleur et en saveurs sont de grands vins de gastronomie.

AOP Patrimonio 2016 13°
AOP Patrimonio 2016 13°

Terroir : Argilo-calcaire
Cépage : 80% Nielluccio ; 20% Vermentinu - Pressurage direct
Elevage : Elevage en cuve inox 8 mois

AOP Corse Calvi Clos Culombu Etienne Suzzoni 2016 13° Bio
AOP Corse Calvi Clos Culombu Etienne Suzzoni 2016 13° Bio

Terroir : Arènes Monzogranitiques
Cépage : 40% Niellucciu, 40% Sciaccarellu, 20% Cinsault - Pressurage direct
Elevage : Élevage sur lies fines de 5 mois en cuve inox

AOP Ajaccio 2016°13,5°
AOP Ajaccio 2016°13,5°

Terroir : arène granitique
Cépage : Sciaccarellu, Niellucciu - pressurage direct ou saignée
Elevage : Elevage en cuve inox 6 à 8 mois

AOP Corse Sartène Cuvée Vassilia 2016  13° Bio
AOP Corse Sartène Cuvée Vassilia 2016 13° Bio

Terroir : Coteaux à dominante granitique.
Cépage : 100% Sciaccarellu Pressurage des raisins après une macération pelliculaire de quelques heures
Elevage : Elevage en cuve inox 6 à 8 mois

AOP Porto Vecchio  2016 13° Bio
AOP Porto Vecchio 2016 13° Bio

Terroir : coteaux d’arènes granitiques
Elevage : Elevage en cuve inox 6 à 8
Cépage : 50% Niellucciu, 10% Sciaccarellu, 20% Cinsault, 20% Grenache - 50 à 60% de saignée selon les années

Mentions légales