Cap Corse

Présentation


Appellation située à la pointe Nord de la Corse située sur les appellations Vin de Corse Coteaux du Cap Corse et Patrimonio. Elle comprend le Cap Corse (étroite presqu'île d'une quarantaine de kilomètres de long sur 8 kilomètres à 10 kilomètres de large) et descend jusqu'au golfe de Saint-Florent dans la région du Nebbiu.
Le vignoble est disposé sur la façade occidentale du Cap Corse sur de spentes abruptes descendants jusqu'à la mer en terrasses avec des sols de schistes dans le Cap Corse et de calcaire vers Patrimonio.

Histoire


Dès le 6ème siècle avant Jésus-Christ, les phéniciens créent le comptoir d’Alalia (Aleria) et apportent avec eux comme dans toute la Provence, la culture de l'olivier et de la vigne.
La domination romaine va ensuite apporter une amélioration dans les modes de conduite de la vigne et les techniques d’élaboration du vin ce qui permettra le développement de la consommation.
De 1077 à 1133, l'île sera administrée par les évêques de Pise et ce sera alors les moines qui se chargeront de développer le vignoble corse en développant les échanges entre la Corse et la Toscane. Cette période est appelée Pax Pisana.
A compter de 1133 et jusqu'en 1289, l'île sera dirigée plus ou moins conjointement par Gênes et Pise, à cette époque seul le Cap Corse est spécialisé dans la production viticole et la quasi-totalité des exportations de vin se font à destination de l'Italie et ses républiques où le muscat du Cap corse est déjà réputé.
Au 15ème siècle, Sante Lancerio bouteiller (échanson) du pape Paul III (1468-1549) apprécie entre autre, un vin corse doux, à la robe or intense, avec des arômes de coings (sans doute le muscat du Cap Corse exporté par les génois).
En 1572, un décret oblige chaque propriétaire à planter dix arbres fruitiers et quatre plants de vigne sous peine d’amende.
La Corse restera sous domination génoise jusqu'au 18ème siècle.
En 1769, James Boswell (1740-1795), dans son livre État de la Corse, suivi d'un Journal d'un voyage dans l'Isle et des Mémoires de Pascal Paoli, indique qu'un vin passerillé (impassito en corse) issu du cépage Muscat est produit au Cap Corse.
En 1811, le décret Myot, toujours en vigueur aujourd'hui, exempte d'impôts indirects les vins produits sur l'île, ceci explique l'absence des droits de régie en Corse.
Au 19ème siècle, la culture de la vigne est devenue la principale ressource de l’île. Le vignoble en 1814 occupe une superficie totale de 11304 hectares de vignes et la production viticole est exportée essentiellement vers l'Italie.
Dès 1850, la Corse va alors connaître une période difficile avec la crise de l'oïdium, puis du phylloxéra qui va anéantir une grande partie du vignoble.
La première guerre mondiale va terminer de décimer la viticulture locale.
Vers 1960, les vignerons du Cap Corse vont effectuer une première demande de reconnaissance en appellation d'origine contrôlée. Le 26 mars 1993, l'appellation d'origine contrôlée est décernée au Muscat du Cap Corse.
Le 19 novembre 1997, le décret d'appellation est modifié.

Les vins


Autrefois, ce vin était obtenu par passerillage.
Cette technique est encore utilisée pour obtenir ce que l'on nomme les vins paillés. Cela consiste à laisser partiellement sécher au soleil les grappes de raisins après la vendange sur des lauzes (pierre plates) afin de provoquer la déshydratation du raisin afin d'augmenter la concentration des sucres, de l'alcool et autres constituants. Le résultat est un vin aux arômes confits de figues et de fruits exotiques évoluant sur des notes empyreumatiques de grillé, de noix et de noisettes.

Conditions de production du décret d'appellation :
Densité minimale de plantation : 4000 pieds/ha.
L'irrigation est interdite.
Rendement de base : 30 hl/ha.
Vin issu de moûts ayant au minimum une richesse naturelle initiale en sucre de 252 g/L, dans lesquels a été versé durant la fermentation, un apport en alcool pur compris entre 5 % et 10 % maximum du volume des moûts avec un alcool titrant au minimum 96 % vol.
Titre alcoométrique volumique total minimum : 21,5 %.
Titre alcoométrique volumique acquis minimum : 15 %, maximum : 18 %.
L'enrichissement partiel des moûts par chaptalisation, concentration ou congélation est interdite.
Teneur minimale en sucres résiduels autorisée : 90 g/L.
Les opérations de mutage doivent être effectuées avant le 31 décembre de l'année de récolte des moûts.
Commercialisation possible à compter du 15 décembre suivant la récolte.

Cépage muscat


Son origine
Selon les plus grands ampélographes, le Muscat blanc à petits grains a une origine grecque, c’est celui qui a conquit toute la Méditerranée, d’abord en s’établissant sur la côte méditerranéenne française dans les bagages des phocéens de Marseille. La variété Muscat est complexe, car il existe d’autres muscats blancs (d’Alexandrie, Ottonel) et leur variabilité génétique est élevée.

Ses arômes


Entêtants et explosifs, les arômes du Muscat blanc à petits grains sont les arômes croquants du raisin que l’on retrouve dans le vin. L’arôme variétal de ce cépage est sauvage et musqué, muscaté en un mot, c’est une expression légèrement animale du bois de rose et du litchi. Ces notes s’accompagnent de touches fruitées –pomelos, jus d’orange frais, fruits exotiques- et florales –jasmin, citronnelle, verveine.
Les vins qu'il donne
Le Muscat à petits grains blancs permet d’élaborer des vins blancs secs, des vins doux naturels et des vins effervescents. Il peut être également utilisé en assemblage (avec un faible pourcentage) pour apporter des nuances aromatiques dans des vins neutres. Quand son rendement est limité, le Muscat blanc à petits grains a un potentiel en sucre élevé avec un bon équilibre d’acidité et une saveur intense, puissante et délicate à la fois.

Ses zones d'implantation


Cépage méditerranéen par excellence, il a su s’adapter à différentes zones tant qu’elles sont chaudes et ensoleillées. En France, le Muscat est un cépage du littoral méditerranéen. On le retrouve aussi, mais plus confidentiellement, sur les contreforts alsaciens du massif vosgien, où il est progressivement remplacé par le Muscat Ottonel pour la production de vins secs. Bien que la mode ne soit pas aux vins secs très aromatiques, le Muscat blanc à petit grains séduit par l’exotisme de ses arômes, et voit les surfaces progresser régulièrement, de 3000 hectares en 1968 à plis de 7300 en 2006.
Sa précocité
Le Muscat blanc à petits grains est un cépage à débourrement précoce, en même temps que le Chasselas, cépage de référence. Pour sa maturation en revanche, il est considéré comme tardif avec une maturité complète atteinte 2 semaines après celle du Chasselas. C’est donc un cépage de 2ème époque.
Sa vigueur.

Ce cépage de vigueur modérée nécessite une bonne concentration en sucres pour que les arômes variétaux si recherchés soient au rendez-vous. IL faudra donc limiter les rendements. Le Muscat blanc à petits grains a un port érigé ou demi-érigé, et il doit être donc taillé court. Il est difficile à cultiver, car ses rendements sont aléatoires et son acidité a tendance à être faible si les rendements sont élevés. Les vins de Muscat sont délicieux jeunes, sur un registre aromatique explosif, mais n’ont pas un potentiel de garde important, en raison de leur relative faible acidité, qui les rend vite mous et moins intéressants.
Les sols qu'il préfère
Le Muscat blanc à petits grains est particulièrement bien adapté aux terroirs calcaires, mais il sait s’adapter à des teneurs en argile plus ou moins importantes.
Son climat idéal
Le Muscat blanc à petits grains, comme tous les Muscats, nécessite chaleur et ensoleillement. Il a besoin d’une période de végétation longue, et de mûrir lentement. Il déteste l’humidité en raison de sa sensibilité aux maladies. Il résiste moins bien à la sécheresse que le Muscat d’Alexandrie, d’où son implantation privilégie en France, qui est la partie la plus fraîche de la Méditerranée.
Le Muscat à petits grains blancs est sensible à l’Oïdium, à la pourriture grise et aux hyménoptères. Il est de plus très sensible aux acariens.


Ses utilisations


Raisin de cuve, il est également utilisé pour produire des raisins de table. On le rencontre aussi dans la famille des vins doux naturels, des vins effervescents et même, plus confidentiellement, sous forme d’eaux de vie. En revanche, on ne l’utilise pas pour produire des vins liquoreux, car Botrytis Cinerea détruit l’arôme variétal et si recherché du M

Vin doux naturel


Les vins doux naturels (VDN) sont des vins – rouges ou blancs – sucrés, produits principalement dans le Sud de la France (un peu dans la vallée du Rhône et surtout dans le Roussillon). La vinification se fait par mutage : cette méthode inventée au XIIIe siècle consiste à ajouter de l’eau de vie (alcool à 90%) dans le jus de raisin en cours de fermentation, de manière à augmenter le taux d’alcool jusqu’à environ 15%, ce qui a pour conséquence de stopper l’action des levures et donc de conserver une partie de sucre dans le vin. Cela donne des vins à la fois riche en alcool (entre 15° et 18°) et en sucres. Plusieurs types d'élevages sont alors envisageables ensuite.

Ces vins sont obtenus le plus fréquemment avec des cépages comme le muscat (muscat blanc à petits grains et muscat d'Alexandrie) mais également le grenache (grenache blanc, noir et grenache gris), le tourbat, le malvoisie et maccabéo, avec une tolérance de 10% pour les cépages accessoires sauf pour les muscats de Frontignan et de Rivesaltes.
En France, les vins doux les plus connus sont les Muscats de Rivesaltes, de Frontignan, les Rivesaltes (vin) (ambré, tuilé...), les Maury et les Banyuls. Ces vins sont obtenus dans le Languedoc-Roussillon, et surtout dans les Pyrénées-Orientales pour ce qui est Muscat de Rivesaltes, Maury, Banyuls et Rivesaltes.


•	AOP Muscat du Cap Corse 2016 15,5°
• AOP Muscat du Cap Corse 2016 15,5°

Terroir : Argilo-schisteux
Cépage : Muscat petits grains
Elevage : Elevage en cuve

•	AOP Muscat du Cap Corse «  Muscatellu » 2016
• AOP Muscat du Cap Corse « Muscatellu » 2016

Terroir : Schistes
Cépage : Muscat petits grains
Elevage : Elevage en cuve

•	AOP Muscat du Cap Corse 2014 16°
• AOP Muscat du Cap Corse 2014 16°

Terroir : argilo-calcaire Veines de Schistes
Cépage : Muscat petits grains
Elevage : Elevage en cuve

•	AOP Muscat du Cap Corse 2015 16°
• AOP Muscat du Cap Corse 2015 16°

Terroir : argilo-calcaire.
Cépage : Muscat petits grains
Elevage : Elevage en cuve

•	AOP Muscat du Cap Corse Impassitu 2012 16°
• AOP Muscat du Cap Corse Impassitu 2012 16°

Terroir : Argilo Calcaire
Elevage : Elevage en cuve
Cépage : Muscat petits grains

Mentions légales